Second month

(14/12/2012) : Bilan 2ème mois

Un petit bilan de ce 2ème mois s'impose...
Initialement prévu : Ce qu'il s'est passé en réalité : Bénéfices/expériences et leçons tirées :
 Arrivée de Clément le 18 novembre, départ immédiat pour la ferme aux dromadaires à Lankeys Creek

  M. est arrivé 2 jours plus tard à cause de quelques imprévus avec son vol, donc obligée de prolonger le séjour à Melbourne 2 jours de plus dans l'appart et de décaler notre arrivée à la ferme.

  Ne jamais prévoir un planning trop serré, surtout lorsqu'on dépend d'autres entités !

1 mois en helpX à Lankeys creek (Holbrook) chez Peter 

- 2 semaines et demie chez Peter

suivies de :
- 4 jours à Sydney à chercher du travail

- 2 jours à Allora, perdue dans la pampa

- 5 jours à Hervey Bay  

  Un mois en helpX et par conséquent à travailler sans rentrer d'argent réelle c'est long, l'idéal pour profiter pleinement des missions et des commodités d'un helpX est d'y rester 2 semaines, d'autant plus si l'endroit est isolé et dépourvu d'activités alentours. Les vers aux fesses, nous ne pouvons pas nous empêcher de bouger pour voir "autre chose"... c'est maladif.

 

Nous avons expérimenté l'auto-stop à 3 reprises et acheté notre van Toyota. 

  L'auto-stop, il n'y a rien de plus excitant c'est vrai, même si pour ma première expérience ce fut un peu laborieux, j'ai énormément apprécié rencontrer autant de personnes différentes en si peu de temps, c'est génial ! Cependant, cela semble moins facile d'en faire en OZ que ce qu'il s'en dit.

La vie en van, c'est croquer sa Liberté à pleines dents ! Vivre simplement, être indépendant, autonome... là est la meilleure façon d'apprécier la vie et j'adore ça.

Écrire commentaire

Commentaires : 0

(12/12/2012) : A la Warrior !

La vie en van ou la freedom attitude.... Mais pas si freedom que ça ! Le fameux « tiens, si on passait la nuit là ? » est révolu mes amis, j'entends par là dans les endroits gratuits. A l'époque où l'Argent tient le monde par les cornes, il paraît invraisemblable de se garer sur un emplacement de parking pour y passer la nuit... « c'est interdit de dormir dans son véhicule de 20h à 10h, rien n'est gratuit, allez plutôt dans un camping ! Regardez, celui ci n'est pas cher....$40 la nuit/pers. » Beh voyons, j'aurais espéré un hôtel à ce prix là !

 

No worries, on se débrouille pour dénicher les bons plans par excellence, pour cela seuls les backpackers peuvent nous renseigner : nous avons trouvé la combine avec entre autres le groupe Facebook sleep'in map où les carpark gratuits sont recensés par les backpackers eux même via Google map. Il peut s'agir de parkings pour passer la nuit sans craindre d'être réveillé par la sécurité ou les locaux s'acharnant volontairement sur le klaxon, ou d'emplacements avec quelques commodités telles que WC, douche (froide !), barbecue, etc, à disposition... ou en face de l'océan comme nous l'avions trouvé pour notre première nuit à Sydney ! Pas mal au réveil, héhé. Mais en l'occurrence c'est un baroudeur d'une 40aine d'années en van qui nous a conseillé et amené dans cet endroit pour être sur de ne pas être réveillés en pleine nuit...mais seulement à l'aube, par le soleil levant !

 

« Bien manger c'est le début du bonheur » disait mon ami Obélix. Mon pauvre, si tu savais ce qui m'attend...frigo, pas frigo ? Nous avons longtemps hésité pour finalement y renoncer et opter pour la méthode boites de conserves + pâtes et riz ! Pour ce qui est du frais nous l'achèterons au compte goute et le mangerons sur 2 jours maxi. Lors de nos excursions wifi-glace à $0,30 à Mc Do, en bon backpacker nous emportons un joli assortiment de confitures, miel, sucre...et PQ, normal, faut faire des économies là où on peut !

Une armée de petits pois, lentilles, haricots en tous genre, carottes, maïs, betteraves, riz, pâtes, sont stockés à foison dans nos caisses de provision...mon dieu que mon régime alimentaire va en prendre un coup ! Une minute de silence pour moi à la lecture de ceci s'il vous plait. Non ce n'est pas assez, habillez vous en noir aujourd'hui !

La question de l'hygiène vient ensuite (oui, après l'alimentation !). Ceci ne m'inquiète guère à vrai dire, nous avons une douche solaire pour les jours où nous ne trouverons pas de douches publiques sur les aires de repos ou plages, les WC sont aisément accessibles en lieux publiques et jamais rien ne nous empêchera de nous laver les dents 3 fois/jour après avoir mangé nos 5 fruits et légumes par jour ! HAHA. Pour le reste c'est du superflus et cela fait bien longtemps que je n'ai pas eu le luxe de tenir en main un sèche-cheveux, donc continuons ainsi : rasage, épilation dans la voiture ou à l'air libre et j'en passe...

 

L''aménagement du van est quant à lui terminé, malgré 2-3 bricoles décoratives à ajouter, nous avons : notre lit aussi douillé qu'à la maison avec sommier, matelas quasi neuf vendu 50$ par Peter, drap, couette et coussins neufs trouvés dans la rue, 2 caisses de rangement alimentaire sous le lit en plus de nos sacs et glacières, 5 tiroirs de rangements aux pieds du lit (côté coffre) en guise de commode pour nos vêtements et servant de support à notre « cuisine » ! L'essentiel est là, parfaitement parfait.

 

Vivre en backpacker c'est apprendre à se passer de toutes ces commodités que la société de consommation se fait un malin plaisir à nous concocter et apprécier la vie avec la plus grande des simplicités pour retrouver le regard innocent et admirateur de notre enfance. Celui qui se cache derrière mes lunettes depuis plus de 21 ans et colorie le monde en rose malgré certaines ombres noires.

 

Bref. Qui n'a jamais rêvé de s'endormir en regardant le couché de soleil sur la mer à travers la fenêtre de sa villa perchée sur les hauteurs et d'y être réveillé par les reflets du soleil levant ? TOUS, évidemment ! Comment vous dire... Nous avons eu l'honneur d'avoir les deux depuis le pare-brise de notre villa sur roues et je me réjouis d'avance de vous faire envie ! C'était grandiose.


Écrire commentaire

Commentaires : 0

(06/12/2012) : Right now on the road !

Depuis quelques jours, je me languis de quitter la ferme, non pas parce que je ne m'y plais pas mais parce que j'ai envie de voir encore autre chose, j'ai hâte de prendre la route, de conduire et de rencontrer du moooooonde !! Bien que nous n'étions pas seuls à la ferme, être 3 ou 6, cela reste limité en rencontre... et surtout en apprentissage de la langue quand 5 d'entre eux sont français !

 

Fraîchement nouveaux propriétaires d'un van Toyota depuis ce matin, nous prendrons la route dès demain direction Sydney. Quel bonheur d'être au volant, d'être dans SON van, imaginez vous !? Je l'aime déjà notre maison roulante pour 3 mois ! Me tarde de l'aménager et de la décorer héhé ! Nous avons pour le moment pu en une journée, faire fabriquer un sommier sur mesure et donc aménager le lit avec un matelas que Peter nous a cédé mais également pu acheter quelques équipements tels qu'un cooker, une table, une batterie pour recharger les ordis, une glacière...

 

Sans l'aide de Peter nous n'en aurions pas un tiers : un ami à lui, situé en ville et à qui il avait demandé de repérer les vans à vendre, nous a trouvé le notre, un autre de ses amis nous a fait un sommier aussi costaud qu'une armoire en plomb, lui nous a vendu pour 100$ un matelas tout neuf, une colonne de rangements avec 5 tiroirs, un bidon de réserve d'eau de 20L, une planche de bodyboard...en plus de nous avoir fixé des rideaux dans le van, et d'avoir cherché tous les bons plans possible pendant 1 semaine non-stop ! L'inviter à manger à midi et lui concocter quelques muffins aux olives et jambons accompagnés d'une salade, des cuisses de poulet sauce miel-moutarde-curry accompagnées de riz et un crumble banane-pomme-cannelle en dessert, en plus d'y offrir un bougeoir Tour Eiffel et d'y faire un film souvenir était la moindre des choses, n'est-ce pas ?!

 

Un pincement au cœur de quitter notre wagon de train, nos amis les dromadaires et nos hôtes si accueillants, nous voilà parti sur la route direction Sydney ! Étant donné les 8h de route qui nous attendent, nous ferons une escale dans une aire d'autoroute et tiendrons compte des spots de sécurité routière qui annoncent d'un beau frenchglish « fatigue can be fatal » !!! ^^

 

Une petite précision tout de même concernant nos intentions futures, nous voulons aller à Sydney ce week end afin d'y rencontrer un couple trentenaire originaire de Florac dont on m'a donné les coordonnés, mais souhaitons par la suite trouver du travail de préférence dans le fruit picking à l'extérieur de l'agglomération tout en y restant à proximité pour pouvoir y passer les fêtes !!

 

La suite, à suivre... :)

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    arnal marie (samedi, 08 décembre 2012 20:58)

    super les jeunes; bonne route et soyez prudents!

  • #2

    aurelie (mardi, 12 février 2013 02:29)

    coucou ! je serais tenter par l'experience du lost patrol camel farm !
    pouvez vous me donner une adresse mail pour contacter peter svp?
    merci
    et bon road trip !!!

  • #3

    tout-autour-du-globe (mardi, 12 février 2013 13:10)

    Salut Aurélie,
    Avec plaisir, pas de soucis ! Par contre si tu pouvais me donner ton adresse mail parce que je ne voudrais pas publier le n° de Peter sur le blog you knoow..
    Es-tu en train de projeter un voyage en terres australes ? Sounds good. Je suis ravie de voir que mes récits d'expérience font envie à d'autres baroudeurs ! :)
    En espérant que tu puisses toi aussi avoir l'opportunité de séjourner chez Peter et Diane, voici un autre témoignage très récent de frenchies : http://www.australie-guidebackpackers.com/helpx-elevage-dromadaires-bush-australie/
    Bon courage pour les préparatifs, see ya ;)


(02/12/2012) : Lost patrol camels farm

Comme il m'avait donné l'impression d'être, Peter est un hôte vraiment charmant, accueillant et arrangeant en plus d'être blagueur, bon vivant et quelques fois..... « tête de bite » comme il dit si souvent avec fierté ! Haha, il a effectivement quelques notions de français. Sa compagne Diane, est également à son image, ils forment un adorable couple de retraités très actifs ! Mais Peter est aussi un ancien baroudeur intrépide : il a notamment traversé l'océan Indien jusqu'à Singapour avec son 4x4 amphibien, voyagé pendant 2 ans en moto autour du continent africain après un bref passage en Europe et notamment en France, en plus d'être allé maintes fois en Asie et j'en passe... ça fait rêver n'est ce pas ? Le jour où j'en serais à vous raconter tout ça mon dieu... demain si vous voulez ?! :)

 

Le helpX chez lui c'est presque des vacances à la ferme. Il n'est non seulement pas à cheval sur le nombre d'heures de travail que nous devons faire (entre 1 et 4 par jour) mais en plus tout se fait dans la bonne humeur et les tâches en question ne demandent ni compétences particulières ni efforts sur-humains, that's fingers in the nose, même pas l'impression de travailler ! En contrepartie, ils nous achètent ce que l'on demande en nourriture, bière et vin compris et nous sommes logés dans notre propre wagon de train, royal. A propos du travail cela varie en fonction des besoins quotidiens mais chaque matins il faut commencer par donner à manger aux 6 dromadaires car bien qu'ils broutent l'herbe Peter leur récupère les invendus d'une boulangerie et ces garnements s'empiffrent du bon pain aux céréales ou des brioches aux pépites de chocolat, donuts et autres brioches dégoulinantes de sucre, quel sacrilège ! Mais soyez tranquille, nous leur dérobions quelques pâtisseries et pains frais... dans mon état de manque de pain il ne fallait pas en espérer moins ! ^^'

 

En ce qui nous concerne, nous avons également retiré des barres de métaux rouillées de la rivière située en contre-bas, tondu une graaande partie de leur propriété à l'approche de la saison sèche (je me suis d'ailleurs sacrément régalée à conduire la tondeuse, Clément pourrait en témoigner!), fait un peu de jardinage et notamment recouvert les plantes de Diane de copeaux de bois afin qu'au cours de la saison sèche l'eau utilisée pour les arroser soit préservée et ne s'évapore pas, en plus de l'aspect décoratif et planter des fraises dans 2m² de bouses de vache, soigneusement ramassées par nos soins et disposées, entre compost, paille et terre ! Grand moment. Mais, notre principale tâche a consisté à décaper et repeindre la terrasse en bois qui entoure leur maison.

 

Nous avons travaillé la dessus la plupart du temps car cela nécessitait de nombreuses étapes, à savoir : décrasser et dépoussiérer une à une chaque lamelle du parquet avec le karsher

(lequel a failli me décoller un orteil !), asperger la surface de détergeant, passer le balai brosse automatique tout en humidifiant le bois, rincer, passer une première couche de peinture, puis une seconde et une dernière (avec bien entendu une nuit entre chaque couche).

 

That's all et tout ça sur 30m²...... ou 25m² d'après Clément !! Au cours des derniers jours, nous avons décoré les wagons de train de guirlandes pour une fête qui s'y déroulera 2 semaines après notre départ mais aussi pour Noël, puis nous avons construit un jacuzzi naturel dans la rivière avec pont d'accès et plagette, mais nous n'avons pas fait que cela, nous l'avons aussi essayé à plusieurs reprises héhé !!!

 

Pour mon 3ème helpX, je dois dire que nous sommes bien tombés (profond ? peut être aussi..) !! L'endroit était des plus agréables bien que nous étions perdus dans la pampa comme jamais, les dromadaires étaient calmes et ne nous ont jamais craché dessus (c'était ma hantise), le matin nous avions même droit à une symphonie de perroquets et autres oiseaux en guise de réveil... Quoi de plus agréable pour entamer la journée en douceur ? Je conseille cet helpX à tous les amoureux de la Nature, mais reste convaincue que quelques semaines ici suffisent. Certains ne pourraient s’accommoder de cet isolement, mais personnellement même si j'aurais souhaité une connexion à internet plus facile, cela ne me portait pas vraiment préjudice, mis à part pour la recherche d'un travail et d'un véhicule.

 

Ceci dit, Peter nous a vraiment aidé dans nos recherches et nous prêtait spontanément son Ipad et téléphone pour contacter les vendeurs, lorsqu'il ne le faisait pas pour nous. Il nous a même proposé de faire l'état du véhicule que nous souhaitions acheter si celui ci se trouvait dans les alentours. Hélas, dans ce trou-du-cul du monde, combien y avait-il de probabilités que l'on trouve un véhicule qui corresponde à nos critères et notre bourse, combien ??! Les calculs mathématiques n'ont jamais était mon fort, mais je crois pouvoir dire avec conviction, que les probabilités étaient proches de 0. Son aide et ses conseils concernant le choix d'un véhicule, l'aménagement de celui-ci, les bonnes adresses pour acheter du matériel, etc, sont toutefois fort précieux.

 

Un soir nous avons même eut le privilège d'être invités par nos hôtes au bar voisin.....à 16km à peine. Non non, cela ne paraît même plus loin après avoir vécu dans un pareil isolement où le voisin le plus proche est à 3km, je vous assure. Ce pub australien avait des allures de western américain : clients aux chapeaux de pailles assis devant l'entrée, la bière en main et le cigare dans l'autre, juke-box, billard, pintes de bières à foison, dollars punaisés au plafond, avec au menu : hamburgers au poulet, hamburgers au bacon et au steack, cheeseburgers...


 

--- Look at the vidéo ---

Écrire commentaire

Commentaires : 0

(26/11/2012) : En quarantaine !

Comme si 2 jours de congés ne suffisaient pas, en ce lundi matin, la gastro s'est emparée de moi et pas des moindres ! Montée de fièvre, nausées, diahrrée, courbatures.... les ingrédients parfaits pour être à bout de force et dans l'incapacité de travailler ! Bien entendu j'ai quand même voulu essayer mais Peter m'a aussitôt recouchée. Soit, j'agonisais vraiment.

 

Ce matin j'ai d'ailleurs compris pourquoi je trouvais ce lait que je buvais depuis une semaine d'un dégueulasse absolu, lorsque je l'ai mis à chauffer au micro-onde. Comment vous dire...le contenu s'apparentait à de la crème fraîche épaisse à 200% qui baignait dans un liquide identique à celui dans lequel la mozzarella est immergée. Vous avez l'image en tête ? Heureusement vous n'avez pas l'odeur. C'est à partir de là que mes nausées se sont déclenchées, coïncidence ?

 

Le problème c'est que pour faire baisser la température lorsque l'atmosphère est à 30°C, c'est assez difficile et devient rapidement atroce lorsque l'on a de la fièvre. Bien qu'équipée d'un ventilateur dans la chambre, notre wagon exposé plein sud devient spa la journée. Mais le pire c'est que je ne pouvais m'en éloigner car les toilettes se trouvent dans ce wagon et la course jusqu'au WC aurait été un calvère insurmontable... je n'ose même pas imaginer, ahah.

 

Clément a eu beau me donner son breuvage "magique" tout droit venu d'Italie, le Fernet branca, rien n'y a fait. Et pourtant, c'est soit disant être d'une efficacité incomparable. Je reste sur ma fin et bien convaincue qu'une petite gorgée de Ricard pur reste le meilleur remède pour couper la chique, vous en conviendrez. Hélas ici c'est hors de prix, that's why la cagagne me gagne vraissemblablement ! 

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Babeth (lundi, 26 novembre 2012 14:29)

    Bon courage la puce. Soignes toi bien. As tu emporté du smecta, c'est génial dans ce cas là.Penses de boire beaucoup d'eau,çà aidera ton organisme pour la fièvre et t'évitera de te déshydrater Gros bisous et bonne continuation...

  • #2

    TATA NAT (mardi, 27 novembre 2012 18:43)

    soignes toi bien. une petite pensée pour toi en espérant que tu seras sur pieds assez vite je te fais pleins de bisous.

  • #3

    arnal marie (jeudi, 29 novembre 2012 20:25)

    pas étonnant que tu aies eu une gastro : d'après ta description, je pense que le lait était archi avarié!!! tu as toujours eu tendance à croire que les aliments pouvaient se conserver indéfiniment!!! lc'est ton petit côté crédule qui ressort! (lol) comme disent les d'jeuns
    bisous mamou


(24/11/2012) : Auto-stop aux allures de Pékin Express

Samedi dernier lors de notre jour de congés, nous avons décidé de partir en stop à Albury, ville la plus proche, à plus de 120km...même pas peur ! Ce fut finalement très simple à l'aller, nous avons attendu 30min devant la ferme avant d'être pris par des petits vieux du coin qui allaient pavaner en ville et voir de la famille. C'est d'ailleurs au cours de ce trajet que nous nous sommes rendu compte que Peter, Diane et tous les autres locaux rencontrés jusqu'à présent, articulaient admirablement. Je ne vous cache pas que le papy entretenait élégamment son patois australien assez difficile à décrypter, la grand-mère était déjà beaucoup plus compréhensible !

 

Après 1h de route en leur compagnie, nous nous sommes empressés de nous rendre à Mc Do acheter notre glace à 0,30$ et ainsi bénéficier du réseau wifi gratuit......pendant plus de 3h où nous y sommes restés à donner quelques signes de vie, actualiser les blogs, chercher du travail autour de Sydney, notre prochaine destination... aucun succès à ce niveau là, hélas.

 

Forcés de repartir vers 17h, de façon à trouver « assez facilement » des voitures avant la tombée de la nuit, nous repartions plutôt confiants sur nos pas dont je me souvenais miraculeusement l'itinéraire (je soupçonne d'ailleurs en moi un sens de l'orientation non exploité). Nous n'étions en vérité pas au bout de nos peines. Clément pensait effectivement que la route qui ne lui rappelait strictement rien était la bonne... absence de logique certaine et soumission pour ma part ne firent pas bon ménage !

 

Partis dans cette mauvaise direction, nous trouvèrent rapidement un véhicule : Mrs La Toxico dont les paquets de tabac recouvraient le sol de la voiture fut la première à contribuer à notre épopée mais n'a pu que nous sortir de la ville....à priori pas vraiment sur le bon axe d'après notre second chauffeur et son ami, Les Footballeurs américains à la carrure adéquate, qui nous ont malgré tout proposés de poursuivre sur cet axe et nous ont déposés autour d'un lac où ils allaient se baigner.... Dès lors, notre retour avant la tombée de la nuit semblait compromis : il était 19h.

 

Errants autour d'un lac aussi grand que Florac, 2 charmants australiens aux yeux étourdissants, nous accostèrent sur le bord de la route, ils voulaient vraisemblablement nous aider mais devaient rejoindre pendant 3h leurs amis qui s'étaient installés autour du lac avec l'équipement rêvé pour un barbecue-apéro de folie (je suis loin d'en trimbaler un équivalent dans mon coffre)... ils nous y invitèrent puis nous proposèrent de dormir chez l'un d'eux et de nous ramener le lendemain matin.

Le problème étant qu'en voyant un tel campement, nous avions - à juste titre je pense - du mal à envisager une fin de soirée si tôt, cela risquait sérieusement de dégénérer en camping sauvage et la panne de réveil semblait évidente le lendemain matin. Par peur d'arriver en retard pour attaquer le travail à la ferme, nous reprîmes la route malgré l'envie de rester à cette soirée qui s'annonçait mémorable ! A cette heure ci les passants se faisaient vraiment rares et nous ne pouvions être plus au milieu de nulle part. Pas de panique, j'étais confiante malgré tout. Clément un peu moins.

 

Un jeune couple aux allures d'anciens surfeurs s'arrêta et nous avança de quelques kilomètres, le lac devint un lointain souvenir, ouf, c'était moralement déjà beaucoup ! Après avoir marché et tendu le pouce quelques fois encore, un véhicule finit par s'arrêter, enfin ! Il n'allait pas jusqu'à chez nous mais nous rapprocha de quelques 80km, non négligeable n'est ce pas ? Arrivés dans ce petit patelin la nuit était tombée, fin de la course. Il nous amena dans une auberge-pub pour y passer la nuit monnayant 60$ la nuit....... trop cher pour notre petite bourse, mais merci quand même ! Dans le fond, nous étions prêt à payer la somme, mais l'erreur du backpacker aurait été de le montrer. Après avoir appelé Peter notre hôte de la ferme, vis à vis duquel nous avions vraiment honte d'autant plus qu'en l'appelant ils dirent "vous avez perdu 2 de vos français, il faudrait que vous veniez les chercher"... Heureusement Peter qui nous avait cerné, refusa, il savait que nous voulions être indépendant de lui. Exact ! Cela paraissait minable mais c'était bien joué : ils nous achetèrent finalement des Fish & chips à manger et notre riche chauffeur qui rentrait tout droit du golf possédait bien heureusement pour nous un camping où il nous logea dans un bungalow.. En échange le lendemain matin nous râtelions son devant de porte envahit par les feuilles fraîchement tombées. Rien de plus, il était content, nous aussi.

 

Tout juste déposés au centre du village, un passant qui avait entendu notre hôte de la veille nous indiquer la direction à suivre, nous accosta et nous pris en stop avant même que l'on ait agité le pouce, on ne pouvait rêver mieux pour notre reprise matinale sur la route ! Cet homme qui rentrait chez lui, nous déposa 15km plus loin et très rapidement un autre véhicule s'arrêta pour cette fois nous déposer devant la ferme et en prime nous laisser les coordonnées de sa famille à Sydney !!! YOUHOU ! Finalement nous n'étions pas si en retard que cela, tout juste 40min, mais Peter nous avait accordé un congé supplémentaire. Quel brave homme !

 

Nous n'étions jamais aussi content d'être à la ferme que ce dimanche, croyez moi. Ceci dit, cette aventure était grandiose et très formatrice, tout était parfait : la galère, les rencontres atypiques, la gentillesse et la générosité des locaux ! Pas le moins écœurés du stop, nous n'hésiterons pas à en refaire ! Toutefois, nous éviterons la fin de journée... c'est retenu !


Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Clément (lundi, 26 novembre 2012 10:42)

    Tout est parfaitement décris ! Tout est exact ! bon, méa culpa pour l'erreur d'orientation ;) ... mais quelle belle expérience ! par contre, je ne pense pas que Florac soit si grand... le lac faisait au moins 5 fois plus ... ;)

  • #2

    arnal marie (mercredi, 28 novembre 2012 19:54)

    je me régale à lire le récit de vos aventures; à bientôt les jeunes
    marie


(22/11/2012) : Lankeys creek ou la Lozère profonde

Dépaysée ? Pas le moins du monde. Dans ma ferme isolée entre dromadaires et wagons de train, comment vous dire... hors mis cela, tout me rappelle la Lozère avec d'un côté le Causse Méjean et de l'autre les Cévennes. J'adore.

 

La seule différence flagrante c'est l'isolement profond : aucune autre ferme à moins de 2km et je ne vous parle pas des villages dont le plus proche est à 17km ! C'est d'ailleurs depuis mon arrivée ici, que je me suis rendue compte que l'on dénigrait les villages portant cette appellation et par conséquent leurs habitants. Oui m'sieur, dames, 2000 habitants c'est conséquent en fin de compte, mon petit Florac aurait presque des allures d'agglomération ici !? A mon retour je militerai probablement pour qu'il soit classé en tant que tel et je compte sur votre soutien.

  

Ici, nous sommes obligés de faire du stop pour atteindre la civilisation et espérer effleurer un réseau wifi... mais mine de rien j'adoooore cette vie de galérienne isolée !!

 

Ceci dit, au moins comparé à Melbourne il fait sacrément chauuud et pourtant ce n'est pas encore l'été et tant mieux parce que ça cogne déjà assez à mon goût !! J'ai bien plus bronzé en 2 jours à Lankeys creek que 3 semaines à Melbourne tellement le temps est d'un lunatique incomparable !

Écrire commentaire

Commentaires : 0

(20/11/2012) : Clément is safe !

Clément qui aurait initialement dû arriver le dimanche 18 novembre aux environs de 7h30 à Melbourne, n'a daigné pointer le bout de son nez que le lundi matin après une escale de 24h environs à Singapour et prêt de 53h de voyage à son actif ! Panne technique, mon oeil oui, fallait le dire si tu voulais faire une halte à Singapour, on aurait organisé ça !? :) 

 

Après avoir moi aussi prolongé mon séjour à l'appartement malgré le départ du cousin le jour même, lorsque Clément est arrivé nous avons profité du logement pour y passer une nuit avant de poursuivre ou devrais-je dire, commencer l'aventure direction les terres australiennes profondes. Nous avons donc à son arrivée visité "tranquillement" les incontournables de Melbourne city, bien que la fatigue du décallage horaire s'emparait peu à peu de Clément.

Mardi à midi nous avons pris le train pour rejoindre Peter's farm où nous allons rester durant 2 semaines.


Écrire commentaire

Commentaires : 0