Third month

(14/01/13) : Bilan 3ème mois

En ce jour d'anniversaire, un petit bilan s'impose...
 

Initialement prévu :

Ce qu'il s'est passé en réalité :

Bénéfices/expériences et leçons tirés :

Départ de Lankeys Creek le 15 décembre

Embauchée en tant que ramasseuse d'oignons à Allora le 14 et 15 décembre

Le travail à temps partiel ou ponctuel fleuri comme des petits pains ici, même si les 4 jours de recherches à Sydney ont pu nous paraître longs, mine de rien 4 jours pour trouver du travail c'est extrêmement rapide !! Et pourtant c'est le plus long laps de temps que nous ayons mis pour dénicher un travail, par la suite nous avons trouvé chacun de nos jobs en moins de 24h.

 

Les conditions de travail sont dures : bien que nous soyons le nez dans les oignons au levé du soleil (5h), la chaleur nous rattrape très vite et l'absence d'ombre devient rapidement étouffant, en plus des maux de dos à force de rester courbé vers le sol. Cependant, ravie d'avoir tenté cette expérience, je n'hésiterai pas à m'y ré-essayer si l'occasion se re-présente.

Visite de Canberra et Sydney du 16 au 23 décembre

Agent d'entretien dans des résidences de Tourisme en bord de plage à Hervey Bay du 17 au 21, après avoir visité Brisbane au cours d'une journée

Ayant quitté notre ferme aux dromadaires 2 semaines plus tôt que prévu et brièvement visité Sydney où la lassitude ambiance est étouffante et Canberra ne valant visiblement pas le détour, nous étions d'ores et déjà en avance sur notre planning. Cependant, rien ne servait de s'attarder dans des lieux qui ne suscitait plus d'intérêt pour nous, dans le seul but de « respecter notre planning », n'est ce pas ? De toute façon, s'il y a bien une chose que j'ai retenu depuis mon premier jour de voyage, c'est qu'on a beau prévoir, rien ou peu de choses ne se passent comme nous l'envisagions !

 

Mais le voyage est un jeu bien fait : le jour de notre jour de congés après 2 matinées de cueillette d'oignons qui nous auront valu quelques belles ampoules à chaque doigts, nous sommes allés visiter Brisbane, ville pour laquelle j'ai eu un coup de cœur...et en fin d'après-midi nous avions finalement démissionné et rejoint Hervey Bay pour y faire du ménage dans des résidences de tourisme de haut standing ! Nous y étions logés, nourris à la végétarienne et avions accès aux vélo et matériels de plage de la résidence dont nous avons bien profité !

 

Excitée, peut être trop emballée et fatiguée, j'ai hélas pris sur la route une contravention pour excès de vitesse et eu droit à la « course poursuite » digne des films américains !! Et je peux vous dire qu'ici ça ne rigole pas : $220 d'amende ! Quelle leçon en ai-je tiré ? Maman a encore et toujours raison... je roule trop vite !

Farniente sur la Gold Coast et visite de Brisbane, Surfers paradise et Byron Bay

Gold Coast du 22 au 26 décembre

Jouer au parfait touriste fait du bien dans un voyage en sac à dos, c'est important de prendre du temps pour...ne rien faire !

Serveuse en bar et commis de cuisine au Kilkivan hotel motel du 27 au 6 janvier

Après avoir été subitement et sauvagement mis à la porte sans motif crédible (oui, c'est le terme), nous avons pris conscience qu'il était aussi rapide pour un backpacker de trouver du travail que de le perdre. Les backapackers étant appelés à la pelle d'un claquement de doigt lorsque le besoin se fait sentir et aussitôt remerciés (ou non) dès qu'il n'en n'est plus. Triste réalité qui rappelle un peu la condition des stagiaires en France... à croire qu'il y ait une rumeur internationale stipulant que l'on peut faire tout et n'importe quoi avec les jeunes crédules que l'on parait être ! Ceci dit, si l'on ne veut pas porter cette casquette à juste titre, il est important de ne pas réagir au quart de tour face à ce genre de comportement et réfléchir avant d'agir sous la colère, voire la rage, comme nous allions le faire.

Visite de Cairns et de la Grande Barrière de Corail

Visite de Bundaberg, Rainbow beach, Noosa et Agnes water du 7 au 13 janvier

Se prélasser après un échec, que dis-je un douloureux apprentissage de la vie, est essentiel et nous avons su le faire avec brio ! Rien n'était plus agréables que ces « vacances en vacances », croyez moi.

 

--- Look at the vidéo ---

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    parrain (dimanche, 20 janvier 2013 18:39)

    à propos de la mésaventure survenue au Kilkivian hotel, je vois que tu as su faire tien ce vieil adage chinois : "Si tu ne peux changer le monde, change ta vision du monde."

  • #2

    marie (jeudi, 31 janvier 2013 21:14)

    très belle vidéo; on vous sent vraiment heureux!!! continuez bien votre périple;

  • #3

    Juicer Review (dimanche, 21 avril 2013 22:56)

    This informative article was in fact exactly what I had been looking for!


(intemporel) : Mes amours, mes amis...et rien qu'eux !

« Tu verras après 2 mois ta famille et tes potes vont commencer à te manquer... »

 

Après avoir désertée Florac, la Lozère, la France et même l'Europe depuis plus de 3 mois, je peux confirmer ces dires. Bien que l'envie de rentrer et la lassitude soient encore bien loin de moi (et qu'elles y restent!), il ne se passe à présent plus un jour sans que je ne pense à ma famille et mes amis les plus proches... C'est d'ailleurs extrêmement révélateur et permet de se rendre compte des affinités que l'on a avec chacun, ou celles qu'on n'a plus.

 

De même, quand je vois le nombre de personnes qui suivent mon périple, que ce soit la famille, tous les cousins et oncles et tantes, bon nombre de floracois et lozériens ou mes amis, c'est extrêmement touchant. Merci beaucoup pour cela, ainsi que pour prendre de mes nouvelles auprès de mes parents, m'envoyer des mails et commentaires. Mais la palme d'or revient incontestablement à mes grands parents qui n'ayant pas internet suivent avec attention la carte de l'itinéraire et le calendrier que je leur ai préparé et placardé sur le frigo, rien ne pourrait me faire plus plaisir !!

 

Vous me manquez mais je ne suis pas prête de rentrer, encore beaucoup trop de choses à voir, la vie en voyage est savoureuse et je suis bien trop gourmande pour m'arrêter là...

 

All my love.

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Nainou (lundi, 21 janvier 2013 17:14)

    Ton blog nainou est tellement génial qu'on peut que le suivre ! Sache que tu me manque beaucoup aussi mais je suis tellement contente de te savoir heureuse ! Continue ce voyage et surtout prend pleins de photos autant que tu peut !!

    Miss You and Take care you !

    Love you Nainou <3


(12/01/13) : Comme un poisson dans l'eau !

Depuis que nous avons été viré sans scrupules de l'hôtel de Kilkivan, nous avons opté pour l'option « Vraies Vacances », le travail même à temps partiel étant dur à concilier (et surtout conserver) dans notre périple !

 

Après avoir goûté le Rhum de Bundaberg, s'être baigné à Rainbow beach, pêché à Hervey Bay, testé le surf pour la première fois à Noosa Heads, nous avons assisté à la naisance de cent-soixantuplets tortues de mer, fait une croisière en mer jusqu'à la Grande Barrière de Corail où nous avons fait du snorkeling (nage en surface avec masques et tubas) et pris des cours de surf à Agnès water... Les meilleures vacances d'hiver, je vous l'accorde :)

 

Vous voulez davantage de détails pour vous mettre en appétit ? Ainsi soit-il :

  • « Ce n'est qu'après 1 an de pratique que l'on peut espérer surfer comme il faut »... effectivement, c'est ce que j'ai cru comprendre. Pas simple du tout dis donc, pourtant on dirait qu'ils ont juste à se mettre debout et se laisser glisser, la mèche blonde au vent... mais pas du tout ! Très technique comme sport, les surfeurs qui font les fiers ont finalement raison de l'être ! Je ne vais pas vous mentir, mes prouesses étaient quasi nulles, à peine réussi à me mettre à croupi sur la planche. Pourtant lors de notre deuxième expérience en surf, nous avons suivi des cours et donc appris comment se lever avec l'élégance des surfeurs...en vain. Seule la chute était digne d'être filmée ! Preuve en image ci contre. Ceci dit, je reste convaincue qu'il s'agit d'un sport fort en sensation dès lors que l'on sait un minimum en faire car même en restant allongée sur la planche prendre une vague est grandiose ! Un peu moins, lorsqu'une jolie petite méduse bleue s'introduit gentillement dans votre maillot j'avoue...

 

Cela doit vous paraître tellement simple derrière votre écran de s'allonger sur ¾ de la planche le nez dans l'axe central et les pieds joints, de pagayer à toute vitesse avec ses bras, d'agripper la planche sous son ventre et de pousser sur ses bras à l'arrivée de la vague, tout en recroquevillant ses orteils sur le bout de la planche avant de sauter à pied joints sur la planche avec autant de conviction qu'Amstrong sur la Lune.... et bien essayez dans votre baignoire, vous y arriverez tout aussi bien ! Good luck, mouahaha.

  • Les tortues de mer viennent chaque soir pondre sur la plage de Mon repos, à une 15aine de kilomètres de Bundaberg. Ayant réservé une balade nocturne sur cette plage en théorie fermée au public dès l'arrivée des tortues à la tombée de la nuit, nous avons eu le privilège d'assister à un accouchement de tortue de mer. Menée par des rangers du parc national, la visite s'effectue dans le noir pour ne pas effrayer les tortues venues pondre, cependant, ce ne sont pas moins de 40 paires d'yeux rivés sur la malheureuse venue dans cet endroit reculé pour préserver son intimité ! Tous agglutinés 1 mètre autour de la « star de la soirée », quelques flash crépitent dès lors que l'état de santé, l'âge et les mensurations de la concernée aient été évalués par les rangers qui lancent le feu vert pour les photos. Après avoir laissé quelques instants « en paix » la tortue faire son travail et enterrer au fur et à mesure les œufs pondus, vint le temps de l'échographie. Oui, vous avez bien compris, nous avons également assisté à l'échographie d'une tortue qui venait de pondre quelques 160 œufs et en conservait encore quelques uns pour la prochaine ponte dans quelques jours. En effet, notre petite tortue pas si petite que ça, reviendra sur cette même plage quelques jours plus tard finir de pondre sa portée ! Toutefois, n'ayant pas l'instinct maternel dès lors qu'elle rebouche et enseveli instinctivement ses progénitures sous le sable, elle rejoint la mer sans ne plus jamais songer aux cent-soixantuplets à qui elle a donné la vie quelques minutes plus tôt ! Triste n'est ce pas ? Elle reviendra donc finir de pondre sur la plage de Mon repos mais n'a pas de nid à proprement parlé. Et le plus incroyable que nous ayons appris concernant la fécondation des tortues c'est qu'elles stockent le sperme après l'accouplement et la fécondation s'effectue 2 à 3 fois par accouplement, c'est pourquoi elles pondent à intermittence. En cette période, elles peuvent parcourir près de 2500kms pour mener à terme leur accouchement, certaines viennent même de Nouvelle Zélande !
  • La Grande Barrière de Corail, site classé Patrimoine Mondial de l'Unesco et qui s'étend sur plus de 2000kms de Cooktown au nord de Cairns à Bundaberg fait parti des sites à renommée mondiale qui mérite cette réputation et pour lesquels je suis navrée de voir comment le classement de l'Unesco se démocratise au point de donner la même étiquette à un site naturel qui ne cessera jamais de s'étendre de son plus beau manteau et à un orque d'église ! Un nouveau classement « Super Patrimoine Mondial » devrait faire l'intermédiaire entre le Patrimoine Mondial « classique » et les Merveilles du Monde... Quoiqu'il en soit, La Grande Barrière de Corail est un site grandiose et nous sommes bien d'accord là dessus ! Bien décidés à y plonger, nous avions réservé une journée en bateau, près de l'île Lady Musgrave et avons pu plonger avec masques et tubas, dans l'eau turquoise à 29°C où les coraux et poissons multicolores confèrent cette couleur paradisiaque au site ! De taille, forme, couleur et robe différentes, il sont tous autant surprenant les uns que les autres et vous effleurent le museau sans crainte. Plonger pendant 3h dans un même périmètre pourrait paraître long, mais je ne peux que démentir cela, la faune et la flore y sont tellement époustouflantes que l'on peut passer des heures à suivre ces jolis spécimens de la nature tout en étant dépaysé à chaque brasse ! Après avoir plongé, nous avons pu faire une balade en mer dans un bateau semi-immergé et ainsi voir des tortues de mer et même un petit requin... non loin d'où nous avions plongé ! Hum. 

L'île de Lady Musgrave, ou devraient-ils plutôt la rebaptiser « l'île aux oiseaux » étant donné le nombre impressionnaaaaant d'oiseaux sauvages qui y nichent et par conséquent tapissent le sol de leurs déjections odorant la petite île. Particuliers, ces oiseaux au plumage noir opaque ont tendance à entrouvrir leur bec pour nous laisser admirer leur langue orange courbée à l'équerre. C'est assez rigolo. Hélas, cette île paradisiaque où ils sont les seuls privilégiés à y élire demeure, laisse entrevoir un brin de rancune à l'égard de l'amas de déjections de ses envahisseurs, en sécrétant une plante mortuaire sur laquelle les oiseaux vont se poser et s'y voir mourir collés à la fleur. Le sol est d'ailleurs recouverts de cadavres ou condamnés à l’agonie... triste envers du décor qui contraste avec le sable blanc et fin de l'île et l'eau bleutée qui l'entoure.

 

Plus de photos ici

  • Le Bundy Rum : Situé sur la côte est, à 4h au nord de Brisbane et bien aise d'être à l'entrée de la Grande Barrière de Corail, Bundaberg est également réputé pour sa distillerie de rhum. Cette boisson alcoolisée à 37% semble moins forte que le rhum Antillais mais beaucoup plus sucrée et épicée. Très agréable à boire avec du Coca-Cola et quelques glaçons, cela peut s'avérer traître... Mais pour ceux qui en tomberait amoureux, attention, les bouteilles de 70cl sont vendus pas moins de $50 (pour les moins chères) !

 

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    parrain (dimanche, 20 janvier 2013 18:34)

    Je me demande si, subjugué par tes talents de narratrice, je ne vais pas commencé à préparer mon paquetage....

  • #2

    Mohamed (dimanche, 20 janvier 2013 19:00)

    Mon premier commentaire sur ton blog. Vraiment très sympathique, bien construit, bien écrit, joliment égayé par des photos qui donnent envie de faire comme vous. Tu n'es pas avare de détails et tes récits permettent vraiment de sentir votre voyage. Je me régale vraiment à le lire et je guette régulièrement les nouveaux articles. Je jongle avec celui de Clément, qui est un peu différent, et qui fait l'intérêt également de vous lire. Continuez à nous tenir en haleine en distillant vos récits comme vous le faites, et surtout profitez bien de la vie. L'avenir vous appartient, à vous de le construire comme vous êtes en train de le faire.
    Grosses bises à toi Silvia, et à très bientôt j'espère, pour lire de nouvelles aventures.


(05/01/13) : Welcome to the Kilkivan hotel motel mate !

La veille de notre départ d'Hervey Bay, les deux autres françaises qui travaillaient avec nous, nous ont donné le contact d'un hôtel-restaurant où elles avaient travaillé quelques jours plus tôt mais n'y étaient pas restées car l'une d'entre elle avait vraiment du mal à communiquer en anglais et ne pouvait malheureusement donc pas comprendre les directives. Aussitôt l'abcès crevé concernant l'attitude de notre boss Jayesh, vis à vis de Clément et notre décision prise, nous avons appelé cet hôtel avant de partir : lucky day, ils nous prennent à l'essai ! Allez cette fois, plus de raison de s'attarder, on prend la poudre d'escampette !!

 

Après un essai concluant le 22 décembre, nous avons été en congés pour 5 jours... et oui, c'était Noël donc fermeture de l'établissement ! Parfait pour fêter l'embauche :) Après avoir passé quelques jours sur la Gold Coast pour les fêtes, nous étions de retour à Kilkivan pour la ré-ouverture le 27 et comptions y rester 2 semaines. Nourris, logés, blanchis et payés $250/sem, c'était un bon compromis pour nous !

 

Il est indéniable que le cadre nous a tout de suite tapé dans l'oeil bien que l'isolement frappe au premier regard, c'est à vrai dire tout ce qui fait son charme. Probablement né en même temps qu le village, l'établissement est visiblement ancré dans le quotidien des quelques 200 habitants qui y élisent demeure depuis des générations. Bien aise d'être un hôtel-restaurant-bar, l'établissement fait également office de bottle shop, de distributeur à billets (pratique pour inciter à la consommation), mais aussi de salle de jeux avec 2 billards américains et des « compétitions » chaque mercredi, un babyfoot datant de l'ouverture du bar, un jukebox, 5 machines à jouer sur lesquelles les clients s'acharnent à dépenser les quelques dollars qu'ils n'ont pas (encore) bu !! Dans un style très américain, la terrasse extérieure appelée le « Beer Garden », baigne dans cette ambiance western où la panoplie de drapeaux australiens s'appliquent à colorer le décor aux couleurs du pays !

 

Serveurs en bar, commis de cuisine et agents d'entretien, tels étaient nos missions quotidiennes et nous l'acceptions ! :) Travailler au bar nous a énormément appris, notamment au niveau de la compréhension ou devrais je dire du décryptage du patois local. Très bon exercice que de travailler dans un bar pour s'efforcer à tendre l'oreille quand le poch' du coin à la voix qui titube autant que ses pas sous l'effet de l'alcool ou le moustachu bien décidé à mettre en application l'expression « parler dans sa barbe » viennent passer commande !

 

En compagnie de 2 sœurs canadiennes qui étaient sur la fin de leur séjour en Australie, l'ambiance était agréable. Sur un système de roulement, nous échangions nos plannings tous les jours : la personne 1 s'occupant du ménage le matin et du bar l'après midi laissait ainsi sa place le lendemain à la personne 4 et devenait la personne 2 chargée de l'ouverture du bar, du service en cuisine le midi, etc... Compromis idéal pour ne pas être affecté au même poste et ainsi entrevoir diverses facettes du travail en bar-restaurant, en plus d'avoir des temps de libre à des heures différentes, par exemple de 12h à 18h ou de 17h au lendemain matin et permettre de prévoir quelques activités parallèles.

 

Tous les ingrédients semblaient être réunis pour qu'aucun mauvais goût n'effleure nos papilles au cours de ces deux semaines, et pourtant... Le staff composé de Sandy la patronne, des 2 canadiennes Candace et Ashton, Nat la cuisto et Kim l'agent d'entretien hyper active et probablement alcoolique vu le nombre de Jack's Daniels coca qu'elle nous demandait avant, pendant, et après le service, avait beau être sympathique et qui plus est content de notre travail, l'ambiance s'est dégradée une fois la deuxième semaine entamée.

Sandy ne cessait de nous répéter subitement que nous ne comprenions pas bien l'anglais alors que nous n'avions aucun réel souci pour communiquer que ce soit avec les clients, la cuisinière ou elle même. Étrange... était ce un avertissement pour nous annoncer que nous ne correspondions finalement pas à ses critères de sélection ? Clément en était persuadé et sentait le mauvais coup venir. Plus naïve, je pensais tout bêtement qu'elle interprétait systématiquement nos demandes de répéter ou d'éclaircir ses dires comme des « je ne comprends pas » alors qu'il pouvait tout simplement s'agir de « je n'ai pas entendu », « que veux tu dire par là ? » comme on peut très bien le dire dans une conversation...

 

Tout juste les canadiennes parties, deux suédoises nous rejoignaient mais le sur-lendemain de nouveaux backpackers prenaient aussi possession des lieux... à notre place vraissemblablement. En effet, c'est sans préavis ni demie mesure que Sandy nous a annoncé le matin même alors que nous préparions notre petit déjeuner « Salut, après le déjeuner vous pourrez partir, les autres backpackers parlent mieux anglais que vous! » …. Plait il ? C'est peut être la seule fois où j'aurais aimé ne pas comprendre. What's the fuck ?! Soit pris d'une haine soudaine qui fait d'autant plus mal au réveil, nous avons englouti notre petit déjeuner malgré l'énorme morceau en travers et nous sommes allés dans une rage folle préparé nos clics et nos clacs. Une machine à linge plus tard et après avoir dit adieu à Bella, la voisine philippéenne d'une 60aine d'années avec qui nous nous entendions bien et qui s'était mise à fréquenter le bar juste pour nous voir, nous nous apprêtions à partir 3 jours avant ce qui était prévu. C'était horriblement moche de nous jeter comme ça, elle nous foutait dehors car elle avait trouvé « meilleurs » backpackers pour nous remplacer mais nous avait bien gardé sous le coude tant qu'elle avait besoin de nous. Le sentiment d'avoir été utilisés nous enragé autant qu'il nous écœuré. Décidés à se faire payer les $250 qu'elle aurait dù nous verser à la fin de notre engagement (sans contrat j'entends) 3 jours plus tard, Sandy qui s’apprêtait à partir le sac à main sur l'épaule, sans se soucier de nous payer, ne nous a pas non plus laissé le temps de négocier en nous balançant une maigre liasse de $20 accompagnée d'un « Good luck ! » avant de courir (et c'est bien le terme) à sa voiture car le temps que nous comptions touts ces petites coupures et retournions lui réclamer ce qu'il manquait, madame était d'ores et déjà dans son 4x4 à 1 mètre de la sortie ! Plus elle persistait à agir de la sorte, plus la fureur montait. Hélas elle ne voulait rien entendre et me répétait « I don't think so, i don't think so ! » avec son air hautain et son vieux sourire narquois. Cela aurait pu s'arrêter là mais non il a fallu qu'elle fonce sans scrupules sur Clément qui s'était mis devant le portail et heureusement qu'il a eut le réflexe de s'écarter après avoir tambouriné le capot de cette garce dont la fierté n'a pas lieu d'être !! Bouquet final, pompon sur la Garonne, goute d'eau qui fait déborder le vase déjà bien plein : ni une, ni deux, on file se servir dans la caisse plus furax que jamais et on part !!!

 

Hélas bien trop honnêtes pour agir de la sorte, 1h de route n'aura pas suffit à nous calmer mais nous aura permis d'entrevoir un brin de lucidité dans cet amas de colère. Rongés par les remords d'avoir agit aussi bêtement qu'elle qui nous écœurait et inquiet vis à vis des représailles possibles, nous avons finalement fait demi tour, reposé les $200 dérobés en y ajoutant un « mot d'amour » et repris notre route avec plus de légèreté sur la conscience et bien décidé à oublier cette sale histoire qui aurait pu nous coûter cher et ruiner notre voyage !

 

Rédiger cet article en occultant le mauvais goût de la fin était un calvaire, je me suis fait violence, sachez le. Mais maintenant cela va mieux, heureusement que j'ai pour philosophie de ne garder que le bon et le meilleur ! :)


Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    marie (mardi, 15 janvier 2013 08:42)

    vous avez très bien agi en restitant l'argent; inutile de se chercher des ennuis quand on peut les éviter! hélas, il existe des "pourris" dans le monde entier; aucune nation n'a le monopole dans ce domaine là,et vous avez pu constater que la bêtise humaine n'a pas de limite!!!
    gardez bon moral, ca heureusement il existe des gens bien à rencontrer;

  • #2

    parrain (mercredi, 16 janvier 2013 21:40)

    Vous rencontrerez sans aucun doute d'autres personnes qui sauront vous faire oublier cette pénible mésaventure. Bon courage. A bientôt. nota: on nous a montré plusieurs fois là à la télé les terribles ravages dus aux incendies. Chez nous, dehors , il fait -7 !


(01/01/2013) : Happy new year !!

Voyez dans quelle ambiance festive nous étions...
Photo à l'image de la soirée... nullissime.

C'est de l'autre côté de l'océan que je vous souhaite avec probablement 10h d'avance une...... 

BONNE ANNEE 2013 mes petits français !!!

 

------------------------------------

 

Le réveillon de l'an en Australie, je m'en souviendrais hélas... non seulement nous travaillions dans un bar-restaurant dans les profondeurs du pays, mais en plus sur les 200 habitants qui y sont recensés seulement 1/3 d'entre eux étaient présents à la soirée !!! Ai-je besoin de préciser que c'était d'un ennui mortel ?

 

Nous qui espérions au moins une soirée country vu le potentiel du bar, nous avons déjà eu du mal à profiter du "concert" étant donné que le chanteur qui n'était rien d'autre que le guitariste du village a davantage enchaîné les verres de rum pur que les chansons, quant bien même il sache chanter. Ah, si vous saviez combien de fois j'ai essayé de me téléporter à Sydney, Melbourne ou sur la Gold Coast...

 

L'ambiance autant que la décoration étaient un chaos ! Enfin, certains "codes du nouvel an" sont à respecter à l'Internationale m'sieurs dames. Où étaient les cotillons, le champagne, les chapeaux pointus et le décompte ??!

 

La soirée hawaïenne qui était annoncée n'a décidemment pas su éviter ce tsunami de désastres.

 

See you next year pour faire mieux (pas difficile) !

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    TATA NAT (jeudi, 03 janvier 2013)

    MEILLEURS VOEUX 2013. JE TE FAIS DE GROS BISOUS TU ME MANQUES JE VOIS QUE TU T'AMUSES PROFITES BIEN AFFECTUEUSEMENT. A BIENTOT


(31/12/2012) : La belle Australie...

Se promener en Australie c'est rêver les yeux ouverts : une multitude de paysages défilent ! Sur un trajet de 2h ce ne sont pas moins de 3 voire 4 paysages qui se succèdent : de la forêt touffue à en perdre de vue la route, au plateau sec parsemé de quelques buissons et pins, en passant par la prairie verdoyante aux airs d'Irlande du Nord, jusqu'aux falaises abruptes surplombant l'océan... on en prend plein les yeux ! Je n'ai d'ailleurs jamais vu pareille eau de mer... d'un bleu clair transparent avoisinant les 24°C et dont la force des vagues vous traîne comme un futile grain de sable, à en faire pâlir de jalousie l'Océan Atlantique de nos côtes Bretonnes ! Et je ne vous parle pas encore de l'Outback désertique qui nous attend dans une dizaine de jours, c'est encore autre chose avec l'Ayers Rock et les canyons... l'Australie profonde, le dépaysement total !

 

Quant à la température atmosphérique, elle a pour principe de ne jamais fléchir. La chaleur est constante, même en début ou fin de journée "à la fraîche", seul le vent et l'ombre peuvent contribuer à un semblant de rafraîchissement ! Ceci dit, les hivers sont apparemment glaciaux et peuvent atteindre des -11°C mais sans jamais un centimètre de neige ! Le pire n'est pas là je crois et je vous demanderai une minute de silence pour ces pauvres australiens chez qui en hiver le soleil se couche à 16h (oui, vous avez bien compris, 4h de l'après midi, 4pm, cuatro de la tarde) !! Heureusement en été Mr Sun est moins paresseux et ne va au lit qu'à 19h..... hum ! Le rythme de vie des australiens en dépend naturellement, étant donné que le soleil se lève à 4h ou 5h du matin et qu'il fait déjà jour comme à 9h chez nous, il n'est pas étonnant de trouver à cette heure ci 60% de la population sur la plage la planche sous le bras, dans les rues, sur la route ! En revanche, à 21h tout le monde est couché chez soi et toute réticence à ce sommeil précoce peut être qualifié de "nuit blanche". Je ne vous cache pas que nous avons encore du mal à suivre ce rythme de vie.

 

L'Australie est l'endroit rêvé pour les amoureux de la Nature, avec plus de 85% des espèces animales et florales présentes sur Terre répertoriées sur son territoire... y vivre c'est encore mieux qu'avoir un pass gratuit et illimité au Zoo ! Et pour être en parfaite symbiose avec la Nature, il n'y a rien de tel qu'y faire un footing matinal, à l'heure où les animaux s'éveillent : une orde de perroquets aux couleurs de l'arc en ciel vous survolent et manquent même de vous déséquilibrer dans leur danse fugace, tandis que leurs confrères Kakatoes rose ou blanc à crête s'adonnent en chœur à un chant mélodieux pour réveiller en douceur la vallée. Et pour couronner le tout, dans votre course effrénée dans la forêt vous rencontrerez et approcherez quelques kangourous intrigués par votre présence, en plus d'en apercevoir plus loin, faisant ainsi onduler les champs en rythme !

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    marie (vendredi, 04 janvier 2013 17:38)

    joli commentaire, plaisant à lire et pour laisser vagabonder son imagination.....marie


(25/12/2012) : Merry Christmas !

Joyeux Noël à tous, fidèles lecteurs de mon blog !

Passez d'agréables fêtes de fin d'année. Best wishes.

 

Votre blogueuse préférée en direct de le plage de l'autre côté de l'océan...

 

-------------------------

 

Le Père Noël a beau ne pas être originaire de cette partie du monde, les fêtes de Noël n'en sont pas pour autant dénigrées comme on pourrait le penser. Noël est juste abordé différemment.

 

Les australiens, très croyants et fêtards ne rateraient jamais une occasion de célébrer croyez moi ! N'ayant pas le climat adéquat, ils s'appliquent à colorer leur quotidien en rouge et vert à leur façon... En effet, très peu de maisons sont illuminées comme en France et les villes n'arborent qu'un gros sapin et quelques fanions aux couleurs de Noël, mais rien de transcendant, cela ressemble davantage à un fanion annonçant la brocante du dimanche qu'à des décorations de Noël. C'est très laid de mon point de vue. Ils peuvent toutefois paraître un peu extravagants du fait de leur exotisme et habiller leur véhicule d'un nez rouge et de bois de rennes, se trimballer avec un tee shirt "Merry Christmas" d'un vert sapin ou encore "Love Santa", "Santa is coming", porter des boucles d'oreilles en forme de sapin, cloches, offrir une paire d'oreilles d'elfes à leur chien, etc...

 

Quant au repas traditionnel de Noël, radié ici. A priori il n'y a pas de "cérémonie" particulière, les gens continuent à aller surfer et pique-niquer sur la plage....la seule différence c'est qu'ils portent avec fierté leur bonnet de Santa Claus...ou même de Dinde de Noël !

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    marie (mercredi, 26 décembre 2012 20:59)

    shocking de voir les gens en maillot avec leur bonnet de noel!!!! non c'est juste rigolo!!!


(22/12/2012) : Always on the road...

Depuis notre départ de la ferme aux dromadaires, nous n'avons pas arrêté de bouger ! Pratique d'avoir son van eh ? Il n'y a rien de tel, surtout pour nous qui n'aimons pas être dépendant des gens et avons besoin d'aller où bon nous semble.

 

En 2 semaines nous avons donc séjourné quelques jours à Sydney sans réussir à décrocher un job, c'est pourquoi nous sommes partis plus au nord, vers Brisbane où nous avons travaillé dans la cueillette d'oignons pendant.... 2 matinées ! Nous étions mal payé, le travail était dur, les alentours étaient pauvres en attractions et l'ambiance ne pouvait pas être moins conviviale (c'était l'usine)... bref, cela ne plaisait pas du tout à Clément, des tensions sont même apparues entre nous donc nous sommes partis alors que pour ma part je m'en accommodais, ravie d'essayer quelque chose de nouveau ! Soit, lors de notre jour off nous sommes partis visiter Brisbane qui est d'ailleurs une ville très agréable comparé à Sydney que je n'ai pas franchement apprécié et m'a rappelé Melbourne où je me suis régalé mais nous ne sommes jamais retourné nous "occuper de nos oignons"...

 

En fait, nous avons sacrément était chanceux, jusqu'à présent nous jouons aux poupées russes avec une minutie incontestable : tout s'emboîte parfaitement, à peine nous envisageons de bouger d'un endroit qu' un autre travail nous attend déjà à proximité de notre destination, c'est géant ! Cette fois ci c'est aussi ce qu'il s'est passé, au moment de prendre la route du retour vers la ferme, une personne ayant vu l'annonce que j'avais postée quelques heures plus tôt, nous a appelé pour nous proposer de nettoyer les appartements de sa résidence de tourisme sur la plage, en ajoutant que nous serions logés, nourris, blanchis, en plus d'un accès à internet mais aussi aux kayaks, vélos et matériel de plage de la résidence...et de quelques dollars versés ! Comment vous dire, nous avons aussitôt changé de direction et sommes partis à l'opposé de nos champs d'oignons ! Ne travaillant que le matin nous en avons profité pour se balader aux alentours, flâner sur la plage, faire du vélo, des petits footing sur la plage...et même s'essayer au body board qui est un sport de kéké-boy très physique où il faut non seulement trouver l'équilibre pour espérer "surfer sur la vague" pendant 3secondes mais avant d'y prétendre, la lutte acharnée contre les vagues en question est une étape inévitable, et c'est ce que l'on passe le plus de temps à faire, d'autant plus que les vagues sont autant puissantes lorsqu'elles se cassent que lorsqu'elles repartent en mer et gobent quiconque s'est imposé sur le sable !!

Bref, nous sommes finalement restés un peu moins d'une semaine à Hervey Bay car le boss n'était pas franchement content du cleaning de Clément bien que cela ne se passait pas mal entre eux pour autant, jusqu'au jour où l'on s'est rendu compte qu'il faisait part de son mécontentement à tout le staff sauf au concerné... ! Qu'il m'en parle à moi pour essayer de rattraper le coup en douce à la limite, mais qu'il me propose de ne me payer que moi et parle de Clément dans son dos à tous les autres cleaners qui venaient biensur nous répéter ses dires, ça c'est inacceptable !! Après lui avoir répété en vain d'en parler directement à Clément, nous avons annoncé notre départ imminent (le deuxième de la matinée puisque le couple de canadiens arrivé 2jours plus tôt, avait déjà pris les devants et décampé au petit matin sans mot dire). A partir de là, le boss redevint miraculeusement mielleux et paya même Clément pour avoir monté le barbecue alors qu'avant jamais aucune des autres tâches de bricolage hors ménage pour lequel on était embauché n'avaient été payées, hélas c'était trop tard. En bons termes nous sommes quand même partis vers d'autres horizons...où un travail dans un hôtel-restaurant-bar nous attendait !

 

L'établissement se situe au milieu de nulle part, dans un petit village appelé Kilkivan dans le New South Wales à 2h30 à l'ouest de Brisbane. Ceci dit, c'est tout ce qui fait le charme de l'établissement en question : perdu au bord d'une route aussi droite que dans le farwest, la déco intérieure et la clientèle ne dérogent pas à cette ambiance western ! Après notre essai le 22 décembre, 5 jours de congés nous ont été accordés pour cause de fermeture pendant Noël. Nous rattaquerons donc le 27 et y resterons pendant 2 semaines jusqu'à début janvier.

 

Malgré toutes ces péripéties qui peuvent vous paraître négatives, je fais la part des choses et ne garde que le bon et le meilleur :) ! Je ne regrette ni d'avoir eu ces expériences n'y d'en être partie ! Ah si vous voyiez comment à chaque départ je suis comme une enfant devant un paquet surprise, tellement c'est excitant de partir à la conquête du monde, je vous laisse imaginer... 



Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    marie (mercredi, 26 décembre 2012 20:58)

    profitez bien de toutes ces expériences, ce sont elles qui rendent la vie attrayante!!!!

  • #2

    tout-autour-du-globe (jeudi, 27 décembre 2012 11:26)

    Autrement dit : c'est ce pourquoi je voyage !! C'est tellement fascinant... tu en rêves avant de partir mais le vivre c'est époustouflant ! J'adore.